Un travailleur de Fukushima meurt d’un cancer causé par une radiation sept ans après une catastrophe

Un homme qui a aidé à nettoyer une centrale nucléaire japonaise après avoir été frappé par un tsunami est mort à cause des radiations. Selon des informations japonaises, c’est la première fois que le gouvernement japonais reconnaît un lien entre une exposition aux décès et aux rayonnements à l’usine de Fukushima.

Rappel des faits

En mars 2011, un séisme de magnitude 9 a secoué le nord-est du pays, provoquant un tsunami qui a provoqué la fonte d’un réacteur. L’homme âgé de la cinquantaine était chargé de mesurer les rayonnements à l’usine après la catastrophe et il y travailla jusqu’en décembre 2011. Il a également travaillé dans d’autres centrales nucléaires à travers le Japon entre 1980 et 2015 et aurait porté un masque intégral et une combinaison de protection, ont indiqué des responsables.

En février 2016, il a été diagnostiqué d’un cancer du poumon. L’homme n’a pas été identifié publiquement et sa famille a demandé que la date exacte de son décès reste privée. Le gouvernement japonais a déjà versé une indemnisation dans le cas de quatre travailleurs ayant développé un cancer, selon des rapports. Selon un quotidien japonais, Asahi Shimbun, 17 travailleurs de l’usine ont déposé une demande d’indemnisation.

Avec les quatre personnes dont les demandes ont été acceptées, cinq demandes ont été rejetées.

Cinq autres sont en attente et deux ont été retirés. Le tsunami a tué environ 18 000 personnes et provoqué une défaillance du système de refroidissement de la centrale nucléaire, entraînant une fusion et un rejet de matières radioactives.

Devoir de mémoire et des personnes en souffrance

La catastrophe nucléaire a été la pire depuis Tchernobyl et a contraint des dizaines de milliers de personnes à fuir leur foyer.

La zone à proximité de la plante reste inhabitable en raison du danger des radiations. Pendant ce temps, au moins deux personnes sont mortes et 32 ​​disparues après le séisme de magnitude 6,7 qui a frappé l’île de Hokkaido, au nord de l’île, juste après 3 heures du matin, heure locale.

Le séisme a provoqué des glissements de terrain et laissé des millions de foyers sans électricité.

Les médias locaux ont signalé que 120 personnes avaient été blessées. Le principal aéroport de Hokkaido – New Chitose – a été gravement endommagé et fermé, ce qui réduit l’accès à l’île, qui est populaire auprès des touristes en raison de ses montagnes, de ses lacs et de ses fruits de mer.

La centrale nucléaire de Tomari, fermée depuis le séisme et le tsunami de 2011, a subi une coupure de courant mais refroidissait ses barres de combustible en toute sécurité grâce à une alimentation de secours, selon le secrétaire du cabinet, Yoshihide Suga. L’opérateur de l’usine, Hokkaido Electric, a déclaré qu’il n’y avait pas d’irrégularités.

Des villes entières évacuées, mais les indemnisations ne se poursuivent pas

Greenpeace dénonce un manque de courage de la part du gouvernement japonais qui abandonne les habitant de deux régions touchées de plein fouet par la catastrophe. Les villes d’Iitate et de Namie, dans la préfecture de Fukushima, y compris la zone d’exclusion, ont révélé des niveaux de rayonnement jusqu’à 100 fois supérieurs à la limite internationale d’exposition publique. [1] [2] Les niveaux élevés de rayonnement dans ces zones font peser un risque important sur le retour des personnes évacuées jusqu’au moins dans les années 2050 et au début du siècle prochain.

Malgré cela, la politique du gouvernement visant à forcer les gens à rentrer chez eux en mettant fin au logement temporaire et à d’autres aides financières ne fonctionne pas, avec des taux de retour de 2,5% et 7% à Namie et Iitate respectivement en décembre 2017 selon la même ONG.

«Nos résultats d’enquêtes sur les rayonnements prouvent qu’il existe un risque important pour la santé et la sécurité des personnes évacuées. Le gouvernement japonais doit cesser de forcer les gens à rentrer chez eux et à protéger leurs droits », a déclaré Kazue Suzuki, responsable de la campagne énergétique chez Greenpeace Japon. “Il est essentiel que le gouvernement accepte pleinement et applique immédiatement les recommandations aux Nations Unies.”

Sources :

  • https://news.sky.com/story/fukushima-worker-dies-of-cancer-caused-by-radiation-seven-years-after-disaster-11491282
  • https://www.greenpeace.fr/fukushima-6-ans-apres-pas-de-retour-a-la-normale/
  • https://www.greenpeace.org/international/press-release/15062/greenpeace-investigation-shows-fukushima-radiation-risks-to-last-into-next-century/

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.